Gaëlle BUNIET

Coach du Pôle France et Espoirs Aviron

 

Bonjour Gaëlle, pourrais-tu te présenter en quelques mots et nous expliquer tes fonctions au Pôle ?

Après avoir pratiqué l’aviron à haut niveau pendant plus de 10 ans (2 finales Olympiques disputées), j’ai fait le choix de faire de ma passion mon activité professionnelle, afin d’associer l’utile à l’agréable. Cela est le moyen de transmettre et partager mon expérience avec les athlètes qui souhaitent s’investir dans cette discipline.

Conseillère Technique Nationale sur le pôle France et Espoirs de Nantes depuis janvier 2014, j’accompagne, j’entraîne et je prépare l’ensemble des athlètes du pôle au quotidien dans leur double projet. Je suis plus particulièrement en charge du groupe des juniors et donc des athlètes du CENS.

 

Peux-tu nous décrire ton parcours universitaire et professionnel ? Quelles ont été les différentes étapes avant d’occuper finalement ce poste ?

Après un baccalauréat scientifique, je me suis d’abord orientée vers un DUT en biologie dans l’optique de travailler dans l’analyse médicale. Cependant, le stage de fin de formation ne correspondait pas à l’idée que je me faisais du métier. Malgré le diplôme en poche, j’ai choisi de me réorienter.

Au départ, je ne voulais pas me former dans le domaine sportif et perpétuer l’image de l’athlète de haut niveau qui poursuit des études en STAPS. Un bilan de compétences m’a finalement démontré que je me trompais. Je me suis donc redirigé vers le sport et plus précisément l’enseignement en passant des Brevet d’Etat notamment en aviron et en natation.

Avec ces diplômes, j’ai successivement travaillé au sein d’une ligue pour développer la pratique sportive et gérer au quotidien le pôle Espoirs de la Région. Puis, suite à la réussite du concours ETAPS (Educateur Territorial), j’ai été embauchée par une mairie pour devenir responsable sportif d’un club et gérer une base nautique en construction. Et dernièrement, j’ai validé le concours de professeur de sport. Après une année de stage en région et au regard de mes expériences passées, une affectation sur pôle France et Espoirs de Nantes m’a été proposée.

 

Comment les semaines d’entraînement sont-elles organisées au Pôle d’Aviron ? Quel est le volume de travail hebdomadaire ?

Le Pôle France et Espoirs  d’aviron de Nantes est une structure Nationale d’Excellence Sportive. A ce titre, elle sert de base d’entraînement aux meilleurs athlètes et à ceux en devenir présentant un potentiel à moyen terme. L’ensemble des athlètes est âgé de 16 à 32 ans.

Le volume et le nombre de séances varient donc d’un athlète à l’autre en fonction de l’âge, du passé sportif, de la catégorie et du rythme des périodes de travail.

Pour les athlètes scolarisés au CENS, cela varie entre 5 et 9 séances chaque  semaine, soit environ entre 10 et 20 heures chaque semaine. Pour cette catégorie, le nombre de séance spécifiques (en bâteau) est la même que le nombre de séance de préparation physique au sol (musculation, ergomètre, …).

 

A présent, nous allons aborder les questions en relation avec la pratique de l’aviron. Le développement de la puissance chez tes jeunes sportifs, comment la construis-tu dans tes semaines d’entraînement ?

Le développement de la puissance et du potentiel physique est réalisé essentiellement au sol avec des séances de renforcement, de musculation et d’assouplissement, afin de dissocier le travail physique du travail technique.

En fonction des cycles et des objectifs de travail, nous chercherons à développer la force maximale (= peu de répétition et avec des charges importantes), la force endurance (= travail avec des charges de 50% du maximum avec des répétitions qui varient entre 30 et 70) et le potentiel athlétique (= travail avec poids du corps et en situation d’explosivité).

Le développement du potentiel physique est déterminant pour cette catégorie d’âge. Certaines qualités, notamment de force, doivent être développées en priorité.

A l’approche des compétitions, nous cherchons le transfert et l’optimisation de chaque séance en bateau. C’est pourquoi, des séances type « force spé » sont mises en place en bateau en remplacement d’une séance au sol. Cette séance consiste à réaliser des séquences de 10 minutes avec un frein (type tandeur, chaîne,…), qui augmente la résistance au déplacement et demande l’application d’une force plus importante du rameur à chaque coup d’aviron.

 

Maintenant, parlons du travail autour du développement de la technique sur l’eau. Quelle est ta vision sur cet élément et comment l’élabores-tu dans tes séances ?

Le travail technique ne peut se faire sans un développement du potentiel physique.

Sans physique, difficile de réaliser un geste technique efficace.

Sans technique, impossible de pouvoir gérer son potentiel physique.

Par rapport a ce qui à été abordé avant, le travail technique est important, mais il ne sera pas le facteur dominant. La finesse, la précision du geste sera un travail sur le long terme. Dans l’immédiat, ce que je  recherche chez les jeunes c’est avant tout le sens de l’appui et de la propulsion (travail de l’action coordonnée des jambes du dos et des bras).

Le travail technique se fait essentiellement en bateau, par la répétition à basse cadence du même geste sur deux séquences de 25 à 40 minutes. Cela permet à la fois de travailler le potentiel aérobie (70% de la filière utilisée sur une course d’aviron) et la gestuelle technique. La séquence est le cœur du travail, le rameur la réalise en une seule fois afin d’assurer ce double objectif. Des exercices à l’échauffement, entre les séquences ou en récupération peuvent être réalisés pour travailler spécifiquement tout ou en partie le coup d’aviron.

Sur ce type de séance, j’interviens en feedback direct avec l’athlète en lui demandant de réaliser des corrections et/ou adaptations.

Un complément au sol est souvent mis en place par un travail de posture et de proprioception. Ce dernier est important avec les jeunes, qui ont grandit rapidement et ont souvent une représentation légèrement faussée de leur corps dans l’espace.

Régulièrement, je réalise  des séances vidéos qui permettent au rameur de visionner sa prestation. Cela permet de mettre en corrélation ses sensations et la réalité de la production. Ces séances sont importantes pour caler les attentes et les critères de réussite, ainsi que le vocabulaire quant aux différentes actions motrices.

 

Quels sont tes objectifs de résultats cette saison pour tes jeunes rameurs ?

L’objectif global pour les jeunes est la formation. Il est important que les bases soient acquises. L’aviron est un sport à maturité tardive et non professionnel. Ils doivent donc se former physiquement et techniquement, et aussi construire leur projet professionnel. On dit souvent en aviron que le haut niveau commence réellement en seniors (après 18 ans).

Sinon, l’objectif sportif premier de la saison reste le championnat de France bateaux courts. Nous l’avons d’ailleurs correctement négocié avec de belles performances d’ensemble. Julia VERHOEVEN remporte d’ailleurs le titre de championne de France ! Nos regards sont à présents tournés vers notre participation aux championnats d’Europe et du monde qui se dérouleront respectivement en Allemagne et en Lituanie l’été prochain.

 

Quelle est l’expression, la phrase ou la citation que tu aimes répéter à tes jeunes pour donner du sens aux apprentissages ?

Pour faire du haut niveau, le talent ne suffit pas. Seul le travail et la sueur permettront d’atteindre les objectifs les plus importants.

2018-10-02T10:25:22+02:00