Julien FONDIN

//Julien FONDIN

Interview de Julien FONDIN

Bonjour Julien, peux-tu te présenter simplement en quelques mots s’il te plait ?

Bonjour, j’ai 20 ans et je suis Nantais d’origine. Je pratique le tennis de table depuis l’âge de 5 ans et j’ai obtenu plusieurs titres de champion de France dans les catégories jeunes. Après 6 années passées au C.E.N.S, j’effectue maintenant des études supérieures en Asie !

Tu as passé de nombreuses années au C.E.N.S. Peux-tu nous en parler, nous décrire ton parcours scolaire ?

Je suis arrivé en 5e au C.E.N.S, on était 4 dans la classe, chose qu’on ne peut trouver nulle part en France hormis au C.E.N.S. Je suis resté au C.E.N.S jusqu’au passage de mon baccalauréat scientifique, soit 6 ans au total. Franchement, je n’en retiens que des bonnes choses ! Je me suis senti très bien dès ma première année dans cette école. Celle-ci se démarque des autres sur plusieurs points : ses effectifs très réduits (durant ma scolarité, on était en moyenne 6 par classe !), la qualité du corps enseignant et la forte proximité avec celui-ci, la qualité des locaux et du matériel mis à notre disposition et bien sûr l’aménagement horaire qui est exceptionnel !

Etre élève au C.E.N.S t’a permis de bien évoluer sportivement. Dans quelles mesures notre structure t’a aidé à suivre le double projet scolaire et sportif ? (Décris ton quotidien, ta relation avec les professeurs, ton rythme d’entraînement …)

Le C.E.N.S m’a permis de m’épanouir dans mon sport tout en gardant un très bon niveau scolaire. J’ai passé trois ans au pôle France de Nantes, puis trois ans sur mon club, le TTC Nantes Atlantique, avec lequel j’ai eu la chance de m’entraîner avec les joueurs de PRO B. Je m’entrainais 20 à 25h par semaine et avais des compétitions tous les week-ends. Il m’arrivait également régulièrement de partir en stage ou en compétition pendant plusieurs semaines en ratant les cours. Justement, c’est sur ce point que le C.E.N.S a toute son utilité du fait que les professeurs sont habitués à ce genre de situation et font tout pour que l’on puisse rattraper les cours pour revenir au niveau le plus vite possible, quitte à nous donner des cours particuliers en plus. La forte proximité avec les professeurs (on va jusqu’à les tutoyer pour la plupart) constitue pour moi la plus grande force de cette école car ils nous connaissent bien, suivent nos parcours sportifs, acceptent que l’on puisse être fatigué en revenant d’une compétition etc…

Pratiques-tu toujours le Tennis de Table aujourd’hui ? A quel niveau ? (Fréquence d’entraînement)

Depuis cette année, je ne pratique plus le tennis de table en club mais seulement pour le plaisir, une fois par semaine. Mon apprentissage du chinois, mon entreprise et mon projet de création d’entreprise me prennent beaucoup de temps et laissent peu de place au sport… Les deux années précédentes, j’étais joueur semi-pro au club de Chartres, actuellement meilleur club de tennis de table français, dans lequel j’évoluais en équipe réserve, en Nationale 1. Aujourd’hui, le tennis de table, qui reste ma grande passion, me sert à prendre du plaisir et à me changer les idées !

Julien FONDIN tennis de table.jpg

Aujourd’hui, tu fais des études supérieures. Décris nous ce que tu étudies et quel a été ton parcours depuis que tu as quitté le C.E.N.S …

Je suis étudiant en école de commerce. J’ai passé plusieurs concours lors de ma terminale S au C.E.N.S. Pendant ma terminale, j’ai utilisé une partie du temps consacré à l’entrainement pour préparer les concours, et finalement je les ai très bien réussis ! Je prépare maintenant un double-diplôme de management international, cursus franco-chinois, entre le CESEM de Reims (ESC Reims) et l’UIBE (Université de Pékin). J’étais déjà allé plusieurs fois en Chine grâce au tennis de table et j’avais été séduit par ce pays. Je voulais donc y faire mes études et le CESEM de Reims est ce qu’il se fait de mieux pour apprendre le chinois (8h de chinois par semaine puis 3 années en Chine). J’ai terminé mes deux premières années à Reims Management School et je suis actuellement en année de césure durant laquelle je parfais mon apprentissage de la langue chinoise à Shanghai. Je prends donc des cours de chinois tous les jours et je me déplace régulièrement à Hong Kong afin de remplir des missions pour une entreprise d’import-export dans laquelle je suis stagiaire. Parallèlement, je suis en train de créer mon entreprise à Hong Kong dans le secteur des nouvelles technologies. Les deux prochaines années, je vais suivre des cours de Management à l’UIBE, cours dispensés uniquement en mandarin.

Etre ou avoir été sportif de haut niveau : un atout pour tes études supérieures ?

Avoir été sportif de haut niveau est bien sûr un énorme atout pour mes études supérieures. Je dirais que le principal atout d’un sportif de haut niveau pour les études est le fait de constamment se fixer des objectifs et de tout faire pour les atteindre. Je pense que sans objectif clair, c’est très compliqué d’avancer. La pratique du sport de haut niveau nous inculque cela et nous apprend aussi à nous accrocher quand c’est difficile, nous apprend « à rebondir » comme le disent si bien nos entraineurs sportifs.

Selon toi, quelles qualités essentielles développées par un sportif de haut niveau t’aideront dans ton métier plus tard ?

J’ai un peu répondu à cette question plus haut mais si je devais citer 3 qualités essentielles que l’on développe en tant que sportif de haut niveau : la persévérance, la forte capacité d’adaptation et la sociabilité ! Ces 3 qualités sont, je pense, très importantes en entreprise. La persévérance car on pratique notre sport plus de 40 heures par semaine (compétitions incluses) pour un seul objectif, la gagne. On retrouve la même chose en entreprise. La forte capacité d’adaptation car dans notre sport, on doit s’adapter à chaque situation, chaque adversaire. Capacité d’adaptation également car notre sport nous fait beaucoup voyager via les compétitions ou les stages et on apprend donc à s’adapter aux différentes cultures. Enfin, la sociabilité car encore une fois, nous bougeons énormément et côtoyons au quotidien des sportifs de haut niveau, des sportifs étrangers ou des élus via nos compétitions, stages, conférences, remises de récompenses etc…

Si tu devais conseiller un jeune élève sportif qui vient de faire son entrée au C.E.N.S, que lui dirais-tu ?

De s’investir à 200%, 100 pour le sport et 100 pour les études ! Le C.E.N.S met tout à disposition pour optimiser la pratique sportive tout en privilégiant les études. Il faut profiter de ce superbe outil que peu de jeunes peuvent s’offrir. Grace au C.E.N.S, il est tout à fait possible d’allier sport de haut niveau et réussite scolaire ! Deux autres choses importantes à mes yeux : ne pas se laisser trop emporter par la magie du sport et en oublier les études, surtout si son sport est peu rémunérateur comme l’est le mien (le tennis de table). Dernière chose, bien respecter les temps de repos, de sommeil pour avoir la tête et les idées toujours bien fraîches, autant pour le sport que pour les études.
2018-10-03T15:20:55+02:00