Mael JOLY

Pour ce mois de rentrée, nous recevons Maël JOLY, ancien rugbyman du C.E.N.S

 – A l’heure d’aujourd’hui, ou en es tu au niveau sportif plus particulièrement continues tu le rugby ?

 De par mon métier je me dois d’avoir une excellente condition physique et concernant le rugby, mon emploi du temps rendait impossible la pratique d’un sport, mais depuis septembre 2010 j’ai repris une licence au club de Vitry sur Seine (Fédérale 2)
 

– Exerces-tu un métier aujourd’hui ? Si oui, lequel ?

  Oui, Sapeur pompier de Paris depuis 4 ans.

 – Quel est ton palmarès sportif ?

J’ai joué en cadet Alamercerie (éliminé en 16ème de final), en junior Crabos (éliminé en 16 ème de finale contre Bayonne). J’ai également participé au championnat de France de rugby a 7 (où l’on a rencontré le stade toulousain dans la poule et ona pris une leçon…pour l’annecdote Maxime Médart était dans l’équipe!). J’ai aussi été selectionné pour les équipes départementales et régionales.

 

– Quel est ton parcours scolaire ?

Je suis rentré en seconde général au cens, et j’en suis ressorti 4 ans aprés avec mon bac STT en poche.

 

– Quelles étaient tes ambitions en entrant au CENS ?Maël JOLY-II.jpg

Obtenir mon diplôme du bac pour pour ensuite m’orienter sur une profession liée aux métiers du sport. Mes projets ont évolué durant ces 4 années. En effet, je n’exerce pas un métier du sport mais un métier qui demande d’être sportif.

– Comment se sont déroulées tes études au CENS ?

Elles se sont très bien passées. Orienté initialement vers un bac S d’un bac S, je me suis rendu compte qu’un bac STT me convenait davantage. J’ai donc choisi ce parcours en lycée.

– Trouves-tu que le sport se marie bien avec les études au niveau du CENS ?

Oui, car l’emploi du temps permet de véritablement concilier les deux axes et de les mener de front, moyennant bien sûr, hygiène de vie et rigueur dans le travail !

– Pourquoi as-tu choisi le CENS pour ton parcours sportif ?

J’ai choisi le cens car l’école m’offrait la possibilité d’accéder à mes ambitions. J’ai eu la chance qu’elle se trouve à Nantes, ville où j’habitais déjà à l’époque.

– Comment as-tu connu cette école unique en France ?

Par le biais du Stade Nantais, anciennement le Stade Nantais Université Club.

– As-tu d’autres choses à rajouter ? Pour compléter l’interview.

Pour finir, je dirais que cette école est une opportunité. Pouvoir pratiquer son sport à haut niveau tout en assurant ses études est une chance qu’il faut savoir saisir.

2018-10-03T15:18:46+00:00