Que sont-ils devenus ?

/, Zoom sur.../Que sont-ils devenus ?

Zoom sur …

Claire URBANEK, Décathlon VERTOU

Bonjour Claire, peux-tu te présenter en quelques mots et nous rappeler en quelle année tu étais au CENS ?

Je m’appelle Claire URBANEK, j’ai 24 ans. Je suis originaire d’Aizenay (85).  J’ai été détectée pour intégrer le Pôle Espoirs de tir à l’arc de Nantes et j’ai rejoint le CENS en 2009, pour ma rentrée de seconde. Je suis restée au CENS jusqu’en terminale.

Parle-nous de ta scolarité au CENS. Quels souvenirs gardes-tu ? (double projet, quel bac ?, relation avec les enseignants, rythme, accompagnement)

J’ai passé trois ans au CENS, où j’ai pu allier réussite sportive et réussite scolaire. J’ai choisi la filière L pour mon baccalauréat. Petite filière puisque nous n’étions que deux en première et terminale sur certains cours, et il m’arrivait parfois d’être seule avec  l’enseignant lorsque ma binôme était partie en compétition. Mon double projet était simple. D’un point de vue scolaire, mon objectif était d’obtenir mon baccalauréat littéraire avec mention à l’issue de ma terminale. D’un point de vue sportif, mes principaux objectifs étaient les suivants :

– Atteindre le top 10 des meilleures archères françaises en tir FITA (discipline olympique)

– Participer aux épreuves de sélections pour les championnats d’Europe et du Monde.

C’est chose faite dès ma première année de Pôle puisque je termine Vice-Championne de France cadette en tir olympique à Montpellier. Sans l’école, cela n’aurait pas été possible puis qu’aucune école des environs ne disposait d’aménagements spécifiques (heures, effectifs, structure) pour l’entraînement et le sport de haut-niveau.

La relation avec les enseignants était vraiment positive dans le sens où chacun des membres de l’équipe était accessible, disponible, pédagogue et surtout patient (rires). Je garde une image d’accompagnement « sur mesure » du fait du faible effectif par classe et du fait d’un suivi pointu grâce au système du livret. Les conseils étaient personnalisés et adaptés à chaque élève. J’ai également appris et acquis des méthodes de travail rigoureuses qui m’ont servies pour mes années post-bac. Mes parents, plutôt réticents de m’envoyer en cursus sport étude ne regrettent en aucun cas de m’y avoir inscrite. Tout comme moi, ils gardent également de très bons souvenirs sur la qualité et le suivi de l’enseignement. Souvent, ils recommandent l’école auprès des potentiels futurs jeunes archers du Pôle Espoirs ainsi que leurs parents.

Le rythme scolaire était plutôt bien fait. Nous avions cours le lundi de 8 à 17 heures. Le mardi et le mercredi nous avions cours de 8 à 10 heures puis de 13 à 16 heures. Enfin le jeudi et le vendredi nous avions cours de 8 heures à 13 heures. Les plages horaires libres nous permettaient de regagner le terrain de tir pour l’entrainement.

Décris-nous ton palmarès sportif en tir à l’arc ? Comment le CENS t’a permis de progresser dans ta pratique sportive ?

Le tir à l’arc est un sport individuel en premier lieu, mais c’est également un sport d’équipe. C’est certainement ce côté collectif qui me plaisait le plus. Savoir que je participais à la réussite du collectif était d’autant plus motivant pour moi.

En 2011, j’ai terminé deuxième d’un tournois national jeune. Cette même année j’ai été Vice Championne de France en cadette en tir olympique (60 mètres) et Vice Championne de France par équipe de Ligue avec Ophélie Glémet et Emilie Lacroix. En 2012, nous avons conservé notre titre de Vices Championnes de France à Surgères.

En post bac, j’ai eu la chance de représenter l’Université de Nantes avec deux archers, et nous terminons Champions de France universitaires à Besançon en mars 2013. En juillet 2013, nous terminons Championnes de France par équipe de Ligue avec Emilie Lacroix et Salomé Bichon, et en 2014 à Vichy, nous faisons le doublé ! Championnes de France par équipe de club (Challans) et par équipe de Ligue. Un beau moment. En 2015, je termine 9ème des championnats de France en salle senior à Vittel. En D1 avec le club de Saint-Avertin, nous terminons à la 3ème place des championnats de France en 2016.

Le CENS m’a permis de progresser au tir à l’arc dans de bonnes conditions. Les méthodes de travail que l’on m’a apprises m’ont permis de mieux gérer mon temps afin de pouvoir m’en dégager. Elles m’ont été très précieuses après mon bac. Il était rare d’avoir du travail à faire chez soi.

Aussi, les enseignants s’intéressaient beaucoup à nos résultats sportifs du weekend ou de la semaine. C’est motivant de savoir que l’on vous suit et que l’on s’intéresse à votre parcours. Sans les aménagements horaires, il est impossible de se dégager autant de temps dans un lycée standard car les effectifs sont multipliés par 5 ou 6 et les conditions ne sont pas assez optimales pour pouvoir condenser les contenus des cours sur d’aussi petites plages horaires.

Nous allons aborder désormais le post bac. Explique-nous ton parcours scolaire après l’obtention de ton baccalauréat au CENS ?

Après le CENS, j’ai intégré l’UFR STAPS de Nantes  et j’ai pu bénéficier d’aménagements horaires pour continuer le sport de Haut-Niveau. Mon objectif était clair : aller jusqu’en master, passer le professorat de sport pour ensuite devenir cadre technique et entraîneure à la Fédération Française de Tir à l’Arc.  J’ai dédoublé ma première année et ma deuxième année. J’ai donc fait deux années universitaires en quatre ans, grâce à Luc Pillot, tuteur des sportifs de Haut-Niveau. Je me suis réorientée, car mon envie de concret et mon besoin d’insertion rapide dans le monde professionnel se sont vite fait ressentir.

Après l’obtention de mon DEUG (Bac+2), j’ai eu l’opportunité d’être sélectionnée pour intégrer la Licence Professionnelle Commerce et Distribution grâce à Madame GACHET, après quelques entretiens en speed meeting. J’ai effectué cette licence en alternance au Décathlon de Chambray-Lès-Tours. Après l’obtention de ma Licence en juillet 2016, j’ai passé quelques concours de sélection pour entrer en école de commerce à Nantes, toujours en alternance pour poursuivre en cycle Bac+4/5. Aujourd’hui, je suis en Bac+5 à l’IDRAC BUSINESS SCHOOL de Nantes, en alternance au sein du Décathlon de la Roche sur Yon.

Quel métier fais-tu aujourd’hui ? Peux-tu nous décrire les différentes missions que tu effectues ?

Je suis Team Leader en formation (responsable de rayon) au magasin Décathlon de La Roche sur Yon. Les missions principales de mon métier consistent à :

– Animer mon linéaire ;

– Animer les stratégies et politiques commerciales dans mes rayons ;

– Dynamiser mon commerce ;

– Animer et développer les compétences de mon équipe ;

– Gérer le personnel et assurer les permanences du magasin (sécurité des biens et des personnes, ouverture et fermeture, gestions de litiges…).

Depuis peu, je co-leade le Decathlon Contact de Brétignolles-Sur-Mer avec la responsable exploitation du magasin Henda CHAMAKH. Nous co-gérons le projet de ce magasin (pilotage de l’activité, recrutement, gestion, animation de l’équipe…) et à partir du mois d’Avril jusqu’en Septembre 2019 je serais rattachée à ce magasin saisonnier.  C’est un projet motivant, enrichissant et très formateur. De plus, je suis référente région Poitou-Charentes-Vendée sur les sports de précision, c’est-à-dire que j’anime des formations, pour les collaborateurs, sur ces sports et les produits que nous vendons, afin de les faire monter en compétences et de garantir la satisfaction des clients en retour.

Dans quelles mesures le fait d’avoir été sportive de haut niveau t’a aidé et t’aide aujourd’hui dans ton quotidien ?

Le sport de Haut-Niveau m’a apporté et m’apporte encore aujourd’hui au quotidien. Je me suis défini mes propres valeurs par le sport notamment l’exigence, l’engagement et la persévérance. Pour réussir, il faut se donner les moyens, mais il faut également que l’on puisse nous les donner en retour. Je pense avoir été reconnue au tir à l’arc pour cela et je pense aujourd’hui être reconnue dans mon travail, ma formation, ma vie personnelle pour ces valeurs. Lorsque je dis quelque chose je le fais, et je le fais jusqu’au bout.

Le sport de Haut-Niveau m’a permis de développer de fortes connaissances techniques sur l’entraînement et sur mon sport. Je suis aujourd’hui reconnue par la marque GEOLOGIC (marque passion de Decathlon pour le tir à l’arc) pour ces connaissances et mon expertise puisque j’ai pour mission de former les collaborateurs de ma région sur ce sport.

Le sport est un véritable réseau social à lui tout seul. J’ai rencontré énormément de sportifs, de personnes grâce à cette expérience. J’ai pu me construire un réseau dans le milieu du sport en lui-même, mais aussi avec les acteurs en lien avec. Le sport rapproche les gens. Et c’est d’autant plus vrai lorsque l’on a été sporti(f)ve de Haut-Niveau. Les gens sont curieux, vous posent des questions et s’intéressent à votre parcours souvent avec une petite lueur dans les yeux.

Quels conseils donnerais-tu aux élèves actuellement à l’école ?

Si je devais donner des conseils aux élèves, je donnerais les 3 suivants :

– Gardez en tête votre but. Pourquoi vous-êtes ici ? Qu’est-ce que vous voulez faire maintenant et plus tard ? Levez-vous tous les matins avec cet objectif en tête et vous irez dans la direction, votre direction, celle que vous avez choisie.

– Vivez l’instant présent. Les années que vous êtes en train de vivre sont certainement les plus belles puisque vous avez été choisis, vous avez été détectés pour votre talent. Vous êtes dans de bonnes conditions pour apprendre et vous entrainer. Beaucoup de personnes aimeraient être à votre place, alors profitez de cette opportunité !

– Osez ! Prenez des risques et engagez-vous. Peu importe si vous échouez, le plus important c’est de prendre des décisions, de tenter, de faire les choses pleinement avec convictions. Et si vous faites des erreurs, vous apprendrez.

2019-03-11T11:47:07+00:00